Antidote - Un petit coup de motion magique
Temps de lecture : 2 minutes

Le maire de Moissac se flatte d’avoir fait voter à l’unanimité, dès le 1er conseil municipal du 4 juillet 2020, une MOTION en faveur de l’hôpital (voir le document).

Une telle motion a été par la suite approuvée par les élus du conseil municipal de Castelsarrasin et le conseil communautaire (pouvaient-ils faire moins ?).
C’est merveilleux, un acte politique fort à l’initiative du tout nouveau Maire, quelle entrée en fanfare !
Un « acte » c’est beaucoup dire, car une MOTION c’est comme un vœu pieux, une sorte de pétition à 30, ça ne coûte pas cher. Cela ne constitue en rien un engagement, ni aucune action concrète.

Cette opération s’adresse en fait à la population, c’est un coup de com à la gloire de ce jeune politicien, car en vérité cela n’aura aucun impact sur l’avenir de l’hôpital.
Si vous voulez donner l’impression que vous prenez la tête d’un combat pour le bien commun, faites voter une motion ! N’oubliez pas d’y inclure une préoccupation envers le personnel ; au fait, depuis quand le parti d’extrême droite de M. Lopez soutient-il les conditions de travail et les rémunérations ? Depuis l’élection de M. Lopez…

Il est évident que la question de la pérennité de notre Hôpital ne se vote pas en conseil municipal. L’avenir de notre offre de soin se délibère dans les hautes sphères, loin de nos mairies, très loin même, à Bruxelles. Ni le maire de Moissac, ni la direction de l’hôpital Castelsarrasin-Moissac n’ont la main sur l’avenir de l’hôpital, c’est une question de politique de santé.

De même, quand le maire propose un audit sur les comptes de l’hôpital, il laisse entendre à la population que les difficultés sont locales et dues à une mauvaise gestion. Non ! C’est une question de politique de santé qui sévit dans tous les hôpitaux de proximité.
En tant que président du conseil de surveillance de l’hôpital, le maire de Moissac n’a qu’un avis consultatif. On peut espérer qu’il usera de son rôle d’influence … mais comment celui qui soutient une maison de santé (privée) et se dit « de droite » influencera-t-il les décisions quant à l’offre de soin publique ? 

Que deviendrait l’offre de soin publique si son parti était au pouvoir ? 

Vous voudriez savoir ce qui se dit vraiment pendant les réunions du conseil municipal ?
Consultez les procès verbaux des séances, sur moissac.fr (onglet mairie)  ou rendez-vous directement en mairie.

Pour rappel, une motion est une opinion rendue publique qui sert davantage la communication, elle a un caractère incantatoire. Elle peut être soumise à l’approbation des conseillers municipaux par un vote mais elle n’engage à rien.
Une délibération est un acte comprenant une décision des élus du conseil municipal. Elle engage la municipalité et est transmise à la préfecture dans le cadre du contrôle de légalité.
La délibération implique un débat avant le vote du conseil ; ce débat ne figure pas dans le document de la délibération mais dans les Procès verbaux des séances, sur le site de la Mairie.

Infirmière depuis 31 ans à l’hôpital public de Moissac (devenu « établissement de santé »), je suis convaincue que la préservation des services publics sur notre territoire doit être un choix politique ; que l’intérêt général doit guider tout programme, toutes actions individuelles ou collectives. La communication, les échanges nourrissent la pensée et la réflexion, nous permettent d'appréhender les enjeux de notre société, d'agir sur elle jusqu'à la réinventer. Je ne braderai pas les valeurs qui me portent pour une société où l’épanouissement de quelques-uns se fait au dépens de nombreux autres. Je suis membre du comité de rédaction d'Antidote.

1 COMMENTAIRE

  1. Juste une petite remarque : la Commission européenne n’a pas la compétence pour intervenir en ce qui concerne les services publics des états membres. Pour respecter le pacte de stabilité (le déficit ne doit pas dépasser 3% du PIB), elle suggère de privatiser les services publics, mais chaque état membre peut choisir une autre voie, par exemple, renforcer la lutte contre la fraude fiscale, taxer les transactions financières ou cesser d’engloutir des milliards dans les EPR…
    N’écoutant que son courage Emmanuel Macron se cache derrière la Commission européenne pour ne pas assumer ses propres choix. C’est être très complaisant à son égard que de l’exonérer de ses méfaits…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.